la sculpture de Christian Renonciat surgit de la place de la mairie. Le grand cheval de bronze a été érigé en 1988. Historiquement cette sculpture évoque à la fois une légende maritime (la légende du dragon qui, tapi au Pont de la Pierre, hurlait désespérément après les vierges de l'endroit... La bête décharnée sort des flots au milieu de chevalements qui rappellent la digue construite par Richelieu) et le siège de la Rochelle de 1627-1628 par Richelieu.

Il est vrai que quand la citadelle du protestantisme osa défier le pouvoir royal Louis XIII séjourne à Aytré. Tel un cheval-bateau, le « Cheval d'Aytré », créé en 1988, rappelle en plein centre ville la présence de la mer. Une proximité inscrite dans l'espace qui ne demande aujourd'hui qu'a être plus visible. Une mise en valeur s'impose désormais aux Aytrésiens.

La Bête-Rô qui sévissait aux environs de La Rochelle était "un affreux dragon à la queue écailleuse, au thorax ailé, qui possédait une intelligence presque humaine et s'en servait pour tendre des pièges aux hommes, sa principale nourriture."
Il répandait la terreur dans tout le voisinage, et nul n'osait s'attaquer à lui.
La côte était d'ailleurs couverte de forêts impénétrables où il trouvait de sûres retraites, ainsi que dans les cavernes creusées en forme de puits au milieu des rochers de la côte.
Les flots amenèrent un jour une barque montée par sept guerriers idolâtres.
A leur vue la bête recula, jusqu'au moment où elle se trouva acculée au pont de la Pierre.
Les sept flèches l'atteignirent, deux lui percèrent les yeux, deux autres les oreilles, deux se logèrent dans les narines, la septième vint clouer les lèvres de la bête qui, furieuse de son impuissance, se mit à pousser d'effroyables hurlements.
On voyait encore, il y a un certain nombre d'années sur la pointe du Chai, sept pierres de granit disposées en forme de cercle autour d'une cavité arrondie dont on ne connaissait pas la profondeur.
Ces pierres servirent de sièges de justice aux sept guerriers.
L'animal Rô, privé de tous ses sens, fut contraint par ses juges de se réfugier dans cette profondeur insondable et fut condamné par eux à demeurer là jusqu'à la fin des temps.