Eléonor de Guyenne, ou Eleonor d'Aquitaine, fut appelée Aliénor en référence à sa mère Aénor, c'est à dire, en langue d'Oc, l'autre Aénor.

Née en 1922 à Nieul sur l'Autize, près de Fontenay-le-Comte, elle laisse le souvenir d'une vie tumultueuse, dissolue, où le faste et le libertinage semblent avoir tenu une grande place.

Certes, il serait faux de dire qu'elle n'a rien fait pour son pays, mais tout ou presque de ce qu'elle entreprit, fut lié à des scandales. Critiquée pour ses tenues indécentes et indignes d'une femme de son rang, elle le sera encore plus lorsque viendra l'heure des initiatives monarchiques.

En effet, à 15 ans, elle épouse Louis VII qui n'en a que 17. Et même s'ils sont entourés de conseillers plus aguerrit dans l'art de gouverner, leurs premières décisions sont non seulement immatures, mais aussi inconsidérées.

Ainsi sous l'influence de sa femme, le roi, qui vient de se rendre maître de la ville de Poitiers, exige que les bourgeois livrent leurs enfants en otages ! L'abbé Suger leur fait renoncer à cette exigence. Il est écarté du conseil. Après la prise de la cité de Vitry-en-Perthois, l'église dans laquelle se sont réfugiés les habitant est tout simplement incendiée. Il ne faut donc pas s'étonner que le couple Royal soit alors rejeté par toute une population et avec lui, tout le Royaume de France.

Qui plus est, Aliènor, par ces facéties, lors de la deuxième croisade, contribue à son échec. Le désaccord entre les deux époux est consommé en 1152. un mois et demi plus tard, Aliénor épouse Henri Plantagenêt, futur roi d'Angleterre (qui n'a que 19 ans).
Cela amène l'inversement des rapports de force : l'Aquitaine, rattachée à la couronne de France, devient anglaise.

Le nouveau couple royal ne s'entend pas davantage que le premier. Aliénor, 20 ans plus tard, convainc son fils, Richard Coeur de Lion, de se révolter contre son père, espérant ainsi reprendre le pouvoir. Capturée, elle va passer 15 ans en prison.

Vers la fin de sa vie, Aliénor se retire en 1199 dans son château d'Oléron, où elle tente de mettre un peu d'ordre contre les pilleurs d'épaves. Elle déclare : "Ils doivent être mis à la mer et plongés tant qu'ils soient à demi-mort et puis, les retirer dehors, et les lapider, et les assommer, comme on fait aux loups et chiens enragés..." (tendre femme !).

A sa décharge, elle édicte ensuite une série de règles maritimes, appelées "Rôles d'Oléron", qui serviront de base à tout ce qui sera édicté par la suite, et qui est encore en vigueur aujourd'hui.

Aliénor meurt à l'abbaye de Fontevrault en 1204.