13surg_re__glise10La façade, à elle seule, constitue le cliché traditionnel de l'art roman. La dater n'est guère facile (elle fut détruite et reconstruite plusieurs fois), mais la qualité des sculptures fait penser au XIIème siècle. Elle fut fondée en 1097 par Hugues Maingot et sa femme Pétronille et construite par les moines de l'Abbaye de Vendôme.

Le fronton est sobre, sans décoration contrairement à la façade. La décoration de la façade n'avait pas seulement pour but de faire joli mais avait surtout un rôle éducatif. En effet, seules les bourgeois et les nobles savaient lire et avaient le droit à une éducation religieuse. Aussi, grâce aux sculptures, les villageois pouvaient être initiés à la religion et différenciés le bien du mal, l'enfer du paradis. On y trouve sculpté des scènes de travaux des champs, des animaux étranges et des diables.

A l'origine, on pouvait voir six statut s'élever dans les niches des arcatures du premier registre. Il n'en reste que deux, l'une représentant "le christ bénissant", et l'autre, "le combat de Samson et du lion".

Le clocher est octogonal. Il est composé de 16 faisceaux de colonnes d'environs 10 mètre de haut.

13surg_re__glise26A l'intérieur, on verra quelques sculptures aux chapiteaux des piliers cruciformes qui soutiennent la nef centrale.
Le sanctuaire, situé derrière l'autel, est bien décoré avec ces petites colonnettes, ces chapiteaux d'acanthes et ces hauts reliefs représentant deux chiens diaboliques.
Sur les chapiteaux de la baie centrale, on retrouve la dualité bien/mal, enfer/paradis, au travers de sculptures représentant des démons (à gauche) et des anges (à droite).

La crypte fut encastrée après la construction de l'église et engendra la surélévation du sanctuaire. Elle est construite autour d'un pilastre central, sous l'autel, et ses voûtes abritent quelques fresques du XVIème siècle.

Pour plus de photos, voir le diaporama.